Dessin de collection, Maison Alix

  • Maison Alix

  • 30x18,2 cm
  • Don de la Fondation Pierre Bergé / Yves Saint Laurent
  • Été 1939
  • Crayon et gouache sur papier
  • GAL211.E.5.26
  • Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

Ce dessin, particulièrement raffiné, peut être vu comme une synthèse de la production de robes du soir de mademoiselle Alix. Les coloris en sont toujours assourdis et rares, la coupe masque sa complexité pour produire une ligne générale fluide, qui produit une impression d’évidence et met en valeur la silhouette de la cliente en l’allongeant. Dans cette seconde moitié des années 1930, la morphologie idéale est celle de Wallis Simpson : les épaules sont athlétiques, les hanches étroites et la minceur fait place à une maigreur devenue synonyme d’élégance et de statut social élevé.

Si l’attitude du modèle est celle de toute femme du monde de l’époque – il ne manque que la présence d’une cigarette – elle traduit également la courbe caractéristique du dos et d’une taille creusée par laquelle Alix entamait les esquisses, rapidement dessinées, qu’elle donnait ensuite aux modélistes et aux dessinateurs.

Auteur de la notice : Laurent Cotta