Projet décoratif, Atelier Martine

  • Atelier Martine

  • 13,8 x 22,9 cm
  • Don de la Société de l’Histoire du Costume
  • Années 1910-1920
  • Gouache sur papier
  • GAL1987.1.57
  • Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

C’est en avril 1911 que Paul Poiret, influencé par les Wiener Werkstätte et par le palais  Stoclet de Josef Hoffmann visités l’année précédente, fonde l’atelier d’art décoratif  Martine auquel il consacre un long passage de ses mémoires. Il lui donne le nom de sa fille cadette, née en 1911. Situé 107, rue du Faubourg Saint-honoré et dirigé à ses débuts par l’épouse du peintre Paul Sérusier, cet atelier réservé aux jeunes filles, leur permet de s’exprimer librement d’après nature. Imprégnés d’une grande spontanéité, leurs dessins floraux vivement colorés deviennent des tissus imprimés vendus dans la boutique Martine que Paul Poiret ouvre au 83, rue du Faubourg Saint-honoré  à l’automne 1911. On y trouve coussins, tapis, papiers peints, céramiques, plateaux… ainsi que du mobilier réalisé par le peintre Fauconnet. Emboîtages, flacons et vaporisateurs, éventails publicitaires des parfums Rosine sont également réalisés par l’atelier Martine.
Ce style fut apprécié par de nombreuses personnalités comme Kees Van Dongen et l’actrice Mademoiselle Spinelly qui fit décorer en 1915 son hôtel particulier du Champ de Mars par Paul Iribe et l’atelier Martine.

Auteur de la notice : Laurent Cotta