Gilet d’homme, vers 1750

  • Vers 1750
  • Devant : Gros de Tours liseré broché, soie bleu, fils de soie polychromes, fils d’argent. Doublure : sergé, soie, crème, dos satin de coton crème, boutons en bois recouverts de filé d’argent. Décor tissé à disposition.
  • GAL 2013.1.1
  • Acquisition Ville de Paris
  • Palais Galliera, musée de la Mode de la Ville de Paris

Ce gilet fait partie d’un ensemble de quatre vêtements à décor similaire dont l’un, celui de Claude-Lamoral II (1685-1766), prince de Ligne et du Saint Empire est également conservé à Galliera. Il présente une version appauvrie du décor textile de ces gilets. Le motif fleuri,  simplifié, se détache sur un feuillage moins serré, simplement broché en  fils d’argent. Les fils de soie polychromes sont moins diversifiés. Par ailleurs, il est dépourvu de manches à la différence des trois  autres gilets. Il reste néanmoins un habit luxueux réservé à l’élite européenne.
La confrontation de ces deux gilets, présents dans les collections du Palais Galliera, est capitale pour l’histoire de la mode du siècle.  Elle permet d’établir de façon tangible qu’il existait plusieurs niveaux de diffusion pour les dessins textiles prestigieux qui pouvaient être adaptés voire copiés selon le niveau de vie de la clientèle. Elle pose à nouveau la question du plagiat des décors textiles au XVIIIe siècle. Enfin elle prouve que l’aristocratie du XVIIIe siècle ne rechignait pas à porter des vêtements similaires prestigieux et certainement connus dans le milieu de la mode.  Une mode  européenne où la position de la France n’est  peut-être pas toujours hégémonique apparaît ainsi en filigrane.

Auteur de la notice : Pascale Gorguet-Ballesteros